Sur mon radar cette semaine

Alain Giguère

Crop à la Une

Nos études publiques

Nos contenus

Notre blogue

Bienvenue sur notre blogue. Ici, nous partageons nos idées et nos sources d’inspiration en toute liberté !

Le Panorama 2017 des consommateurs et citoyens du pays commence à voir le jour...

Catégories: Nos capsules d'intérêt

Publié le 04-05-17 à 10:56

Consommation, innovation, ludification, évasion, ..., des besoins de plus en plus persistants.

Le tout, dans un accroissement constant de visions apocalyptiques du monde actuel et de crise de confiance face à nos élites!

La cuvée 2017 de notre programme Panorama apparaît progressivement sur nos tablettes. Un superbe millésime : du fruit et de la charpente, des notes d'agrumes et de tannins secs!

Plus sérieusement...

Les visions apocalyptiques du monde actuel sont toujours en hausse : écologie, économie, société, tout change trop vite, donnant aux gens une impression de fin du monde imminente (ou à tout le moins de fin d'époque et de début de chaos généralisé). Cynisme et crise de confiance face aux élites de notre société sont toujours en évolution.

Toutefois sur le plan personnel, les gens expriment une vitalité nouvelle. On s'adapte. On apprend à vivre avec l'époque. Les gens veulent apprendre, s'améliorer constamment. Développer leurs capacités.

Un besoin d'évasion aussi, de divertissements, d'expériences nouvelles, sensuelles ou très intenses.

Et le tout culmine dans un désir de consommer qui atteint des niveaux record. L'endettement des gens vient restreindre leur capacité à dépenser, mais le besoin de s'évader vient en exacerber l'envie!

Par contre, on ne veut pas payer le prix! Ce dernier devient, encore plus qu'auparavant, le critère d'achat premier des consommateurs.

Des opportunités formidables pour les marques et les organisations, selon leur position sur ces tendances.

Laissez-nous vous aider!

En savoir plus...

Ces Québécois qui célèbrent Pâques!

Catégories: Nos capsules d'intérêt

Publié le 04-05-17 à 09:32

C’est bientôt Pâques, et CROP a voulu en savoir plus sur les Québécois qui célèbrent encore aujourd’hui cette fête. Voici certaines des motivations à poursuivre cette tradition ancestrale.

Pâques est certainement un jour spécial pour beaucoup de Québécois, mais…

… lorsqu’on célèbre ou souligne Pâques au Québec, ce n’est majoritairement pas pour son aspect religieux chrétien, sauf chez les 55 ans et plus qui sont plus de 40 % à souligner cette fête pour une raison spirituelle.

Les chocolats sont une valeur sûre!

Deux tiers des Québécois qui célèbreront Pâques cette année offriront des chocolats à leur famille ou leur entourage. Une occasion à saisir pour les commerçants, particulièrement ceux opérant un magasin de grande surface (77 % feront l’achat de chocolats en grande surface vs 23 % dans une chocolaterie).

Parmi les autres présents qui seront offerts à l’occasion de Pâques, notons les fleurs/plantes (14 %), les friandises de tous genres –exception faite du chocolat (11 %) et une variété d’autres cadeaux (5 %). En tout, ce sont près de 80% des Québécois comptant célébrer Pâques qui offriront des cadeaux.

Avez-vous l’intention de célébrer Pâques cette année?


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


À l’origine, Pâques est une fête religieuse chrétienne. Lorsque vous célébrerez ou soulignez Pâques, le ferez-vous pour son caractère religieux ou spirituel ou non ?


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Un menu « Spécial Pâques » à déguster à la maison

Une forte majorité (83 %) de Québécois compte déguster un repas de Pâques, et cela davantage à la maison/chez des amis (73 %) que dans un restaurant (10 %).

C’est donc le moment de cuisiner en famille et de se régaler de chocolat!

Joyeuses Pâques !

REER ou pas REER, telle est la question!

Catégories: Nos capsules d'intérêt

Publié le 03-09-17 à 20:14

La saison des impôts approchant à grands pas, CROP a interrogé en février dernier les travailleuses et travailleurs québécois à propos de leurs comportements ainsi que leurs perceptions à l’égard de leur retraite. Voici ce qu’on nous a dit :

Contribution des travailleurs à leur retraite… une question de génération

Globalement, plus d’un travailleur québécois sur deux a accès à un fonds de pension offert par son employeur. Étonnamment, les travailleurs plus âgés sont moins nombreux à avoir accès à ce type de régime.

Pour l’année fiscale 2016, les 35 à 54 ans ont été plus assidus à s’assurer une retraite plus confortable en contribuant à un REER (47 % avaient contribué avant février) ou en ayant l’intention de le faire avant le 1er mars. Par contre, un travailleur sur deux de 55 ans et plus déclare sa ferme intention de ne pas y contribuer cette année.

Les 55 ans et plus semblent donc, dans l’ensemble, moins enclins à planifier actuellement leur retraite, peut-être parce que cela a déjà été fait et qu’ils n’ont plus à s’en inquiéter?








Une majorité de travailleurs québécois dit être optimiste quant à sa situation financière au moment de la retraite

Sans surprise, les travailleurs qui contribuent actuellement à un fonds de pension ou à un REER sont, dans l’ensemble, davantage confiants quant à une retraite aisée que ceux qui ne le font pas.

Une raison de plus de commencer à penser à sa retraite!

Votre employeur vous offre-t-il la possibilité de contribuer à un fonds de pension?


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Avez-vous contribué ou avez-vous l’intention de contribuer d’ici le 1er mars 2017 à un REER?


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Lorsque vous pensez à votre situation financière au moment de votre retraite, diriez-vous que vous êtes…


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Le sondage au temps des controverses

Catégories: Nos capsules d'intérêt

Publié le 01-04-17 à 13:50

Nous sommes sensibles aux interrogations du public devant la difficulté d’obtenir une lecture plus précise de l’humeur de l’électorat québécois

Les derniers jours furent fort tumultueux dans le monde des sondages au Québec. La publication de résultats significativement différents, de la part de CROP et de Léger Marketing, fut à l’origine d’un tollé de commentaires, certains moins élégants que d’autres.

Or, malgré tout ce bruit médiatique, pour quiconque est familier avec les contraintes du métier de sondeur, les divergences actuelles dans les résultats de ces deux maisons sont tout à fait normales.

Nous comprenons certainement la frustration du public qui s’attend à une information fiable quant à l’évaluation des formations politiques en place. Mais malgré ce qu’on en dit, nul ne peut outrepasser les contraintes techniques avec lesquelles les sondeurs exercent leur métier.

La mesure de l’opinion publique s’appuie sur des échantillons de répondants et non sur des recensements. Une certaine variabilité des résultats d’un sondage à l’autre, tout comme entre les firmes de sondage, est non seulement normale, elle est inévitable.

Il faut d’ailleurs se méfier des résultats de sondages qui ne laissent jamais observer quelques variations en apparence erratiques.

Les prochains mois permettront sûrement d’éclairer les résultats actuels. Les irrégularités ponctuelles de certains échantillons spécifiques finissent toujours par se corriger à moyen terme.

L’approche CROP a fait ses preuves

Cela étant dit, nous avons une grande confiance en la fiabilité des résultats de nos sondages. Rappelons en effet que les sondages politiques de CROP ont fait leurs preuves au fil des ans.

C’est avec les mêmes méthodes et le même type d’échantillons qui sont en place chez nous aujourd’hui que CROP avait vu l’avance du Parti libéral lors des élections provinciales d’avril 2014. CROP avait aussi annoncé la vague orange lors des élections fédérales de mai 2011 – un résultat qui en avait alors surpris plus d’un.

Que dire sur nos résultats ?

Les résultats des sondages CROP de novembre et décembre 2016 sont cohérents avec ce que nous avons observé au cours des derniers mois.

En effet, nous mesurons le Parti libéral dans une fourchette de 34 % à 38 % depuis plus de six mois. Sur la même période, nous obtenons entre 25 % et 27 % des intentions de vote pour le PQ, à l’exception du mois d’octobre (à 30 %) – au lendemain de l’élection de Jean-François Lisée comme chef du parti.

De plus, nous avons observé que la récente baisse des appuis pour le PQ dans nos résultats (de 30 % en octobre à 25 % en décembre) provenait principalement des souverainistes qui préfèrent la tenue rapide d’un référendum, ce qui est plausible dans la mesure où M. Lisée a promis qu’il ne tiendrait pas de référendum dans un premier mandat (la proportion des souverainistes ayant l’intention de voter pour le PQ est passée de 73 % en octobre à 61 % en décembre, une perte de 12 points).

Ainsi, compte tenu de toutes les analyses que nous avons pu effectuer et surtout de la continuité de nos données au cours des derniers mois, nos résultats actuels nous apparaissent parfaitement plausibles.

Un mot sur les partielles

L’argument maintes fois cité sur l’incohérence de nos résultats avec ceux des partielles du 5 décembre nous semble tenir difficilement la route.

Une prudence élémentaire devrait nous abstenir de projeter sur l’ensemble de l’électorat québécois les résultats d’élections dans quatre circonscriptions sur 125, dans lesquelles on a de surcroît enregistré de très faibles taux de participation comparativement à ce que l’on observe lors d’élections générales. Ces résultats peuvent difficilement augurer l’humeur de l’ensemble des Québécois.

Notre conseil : attendre les prochains mois

L’idée n’est pas ici de défendre les résultats des sondages de CROP à tout prix, mais bien de démontrer que malgré l’incertitude inhérente associée aux échantillons sur lesquels se fondent les sondages, les résultats que nous avons obtenus demeurent tout à fait plausibles.

Encore une fois, nous sommes tout à fait sensibles aux interrogations actuelles du public devant la difficulté d’obtenir une lecture plus précise de l’humeur de l’électorat québécois, mais nous ne pouvons que laisser le temps faire son œuvre.

Cliquer ici pour consulter l'article paru dans La Presse

Par Alain Giguère

L'entreprise et la responsabilité sociale - Ça commence dans sa cour!

Catégories: Nos capsules d'intérêt

Publié le 09-28-16 à 11:50

La responsabilité sociale des entreprises évoque pour la plupart la notion de redistribution de la richesse dans les communautés, dans des œuvres caritatives, des projets associatifs ou la protection de l’environnement. Mais l’un des principaux constats de la dernière étude de CROP sur le sujet conduit à une conclusion plus nuancée.

Pour les gens –consommateurs comme citoyens– la responsabilité sociale de l’entreprise commence dans les procédés de fabrication, les chaînes d’approvisionnement, dans l’impact des activités des organisations sur la société et l’environnement. L’engagement dans des causes vient après, même si jugé aussi très important.

En très forte majorité, les gens s’attendent avant tout à ce que les entreprises traitent bien leurs employés, que leurs produits et services (et ceux de leurs fournisseurs) soient sans danger pour la santé des gens et l’environnement. Elles doivent aussi suivre les normes de qualité et d’éthique les plus élevées dans leurs pratiques, partout où elles sont implantées.

Par ailleurs, consommateurs et citoyens se segmentent de façon importante selon ce qu’ils attendent des entreprises en termes de responsabilité sociale : plus d’une personne sur deux au Québec veulent voir les entreprises faire preuve de leadership en ces domaines et disent être influencés dans leurs décisions d’achat et de choix par ces considérations.

Soulignons notamment que l’Idéaliste évolue dans une mouvance s’inspirant de l’alter-mondialisme. Il est très « écolo ». Il veut une répartition de la richesse plus « équitable ». Il rêve d’un monde meilleur pour tous et pense qu’on peut y arriver. Il critique sévèrement les entreprises, mais croit à une collaboration possible avec elles. Il est très branché, actif sur les médias sociaux et a le potentiel de faire un « bruit » énorme sur la réputation des entreprises (en mal comme en bien)!

Ainsi, pour les marques, les entreprises et les institutions, l’opportunité est de s’assurer que les consommateurs appartenant aux segments les plus sensibles à ces préoccupations soient bien disposés à leur égard. Ce qui est fort variable selon nos études sur les marques!

Vous voulez évaluer si votre propre marque est bien positionnée sur ce plan? CROP peut vous aider.

Par CROP